10/03/2018

Boutique Louboutin Paris Jean Jacques Rousseau

La jeunesse dorée du Moyen Orient a ses habitudes. L’Arabie saoudite est le champion du monde toutes catégories pour les achats de lunettes de soleil griffées. En moyenne, une par mois. Ce concept a vu le jour dans le but de célébrer le Monogram et ce qu’il inspire aux modeuses du monde entier. Plus que de simples initiales, ce « LV » pourtant si basique représente avec brio la maison de luxe et ce n’est pas près de s’arrêter. Pour faire honneur à la collection Monogram, Delphine Arnault et Nicolas Ghesquière ont proposé à six grands couturiers de revisiter les célèbres sacs et bagages en toile de l’incontournable ligne de maroquinerie.

Les professionnels ont à peine gratté la surface de ce que les drones peuvent faire, écrit Alexandre Amoukteh dans une étude du BCG. Au cours des deux prochaines décennies, ils serviront à contrôler les usines et les installations, à suivre les livraisons voire à livrer les courses du supermarché à votre porte. D à 2050, le BCG estime que la flotte de drones industriels aux Etats Unis et en Europe engendrera 50 milliards de dollars de chiffres d dans les produits et dans les services..

Il faut juste trouver son bleu. Après 40ans, il n’est ni azur ni Klein, mais plutôt marine ou saphir. Il ne crie pas trop fort mais surligne le regard ou embrume subtilement la paupière. Je l’ai voilé avec de la dentelle pour ajouter de la douceur. J’avais fait au départ un dessin assez compliqué avec des cristaux appliqués partout comme sur le talon. Lorsque j’ai tourné le film avec Disney [qui sera dans les bonus de la réédition du classique de Disney qui sortira le 26 septembre], j’ai vu Cendrillon avec le papillon et j’ai redessiné le modèle.

Du rose, de la blondeur, de la choucroute, du doré Et les voilà jolies poupées, clones de Bardot. On en fait le dixième, et on nous inscrit à l’élection de Miss Cagole ou de Candy cruche 2015. Pourtant, nous aussi, on a besoin de lumière, de douceur, de dragées, de sexytude.

Hétéroclite. L’adjectif pourrait être utilisé pour définir son parcours. Naissance dans les années 50. Fleurissent depuis une poignée d’années dans Paris des lieux mono produit, suivant les glorieuses traces de Pierre Hermé et de ses macarons ; sillonner Paris en diagonale pour une denrée unique est devenu mode, tendance, qu’il s’agisse de mozzarella (Mmmozza), de chou pâtissier (La Maison du chou, Popelini, Odette), du cup cake (Berko, Chloé S, Scarlett’s Bakery, Miss Cupcake), de l’éclair (clair de génie), des angels cakes (Ciel) c’est un filon, un concept marketing, déclinable à l’infini, mais aussi un peu sclérosant. J’aime entrer dans une pâtisserie sans idée préconçue sur ce que je vais déguster, j’aime être surprise, séduite par l’inventivité du créateur qui laisse libre cours à son imagination. C’est pourquoi, j’ai longtemps laissé ces maniaques à leur monomanie, jusqu’à un sérieux accroc dans cette ligne de conduite..

Laisser un commentaire