10/03/2018

Christian Louboutin Womens Heels 2015

Bref, entre sein qui s’échappe des robes et fentes à gogo, la salle surchauffée il faisait réellement très chaud respirait à peine. Top du sexy, une robe longue et fluide est découpée jusqu’à l’aine. Effet renversant. Nous le savons toutes, il n’y a qu’à en parler entre copines pour connaître la magie du talon haut. On en porte d’abord parce qu’ils nous donnent de l’allure. Et oui, lorsqu’ils sont à nos pieds, c’est magique, on se tient bien droite.

En attendant de nouvelles évolutions, la première version est un PC sous Windows 8.1 avec processeur Intel Core i3,4Go de Ram et 128 Go de mémoire SSD. Vendu 700 euros, il faudra encore acheter clavier, souris et moniteur. Bleu Jour compte d’ailleurs se lancer prochainement sur le marché des périphériques.

Mais bon Après avoir entendu le single Come and Get it, on sait à quoi s’attendre : de la pop mainstream aux relents world music, qui occupera sans difficulté le hit parade deNRJ. Le genre de chansons où la plastique de l’interprète compte autant que la mélodie. Pas d’affolo, Selena n’est pas exactement un laideron..

La violence du père. Son père émigre de Yougoslavie pour échapper à Tito. Dimitrije Nikolic s’installe comme électricien auHavre. Dans la tranche d’âge au dessus, mais encore bien conservé jusqu’à présent Brad Pitt aurait il pris un coup de vieux ? L’acteur a fait une apparition remarquée lors d’une soirée de gala avec une canne sur le tapis rouge du 23e Festival International de Palm Springs. Pas de panique pour ses fans : l’acteur et papa comblé, s’est tout bêtement fait mal à la jambe lors d’une session ski avec sa tribu. Rappelons à ces même fans que Brad Pitt à récemment annoncé sa retraite des écrans à la cinquantaine, c’est à dire dans deux ans.

Je laisse alors mes larmes se mêler à l’eau chaude. Je ne m’attarde pas dans la salle de bain. Je sèche rapidement mes cheveux et j’enfile un tailleur avec des Louboutin. Sa mère pense qu’il se sabre par peur de réussir. Sa timidité l’enferme, il peut manquer d’assurance quand il aime une femme. Il s’envisage sans ennemi, est fidèle en amitié.

Enfin, heureusement, ses parents lui on évité le genre de prénoms bien barbant. Non, elle c’est Zara. C’est mignon, c’est petit, c’est original. Le second tableau, « Teese’ing », cultive de la même façon cette passion pour le glamour des années 1940 et 1950 et le fétichisme rétro qui ont tant inspiré les nouvelles strip teaseuses de la scène dite « burlesque » dont est issue l’Américaine. On pense bien sûr à Betty Page, mais plus encore aux premières pin up dessinées par Gil Elvgren ou Alberto Vargas. Mise en scène par le photographe Ali Mahdavi, Dita Von Teese se fait héroïne de polar, longs gants noirs, volutes de fumée, porte cigarette..

Laisser un commentaire