10/03/2018

Louboutin Ankle Boots 2016

Il a une véritable pratique, pas seulement dans la rue sur des supports en dur, mais aussi en atelier où il peint sur toiles et châssis. Pour lui, taguer dans la rue était une expression naturelle, puisqu’il n’avait pas les moyens de peindre en atelier! Lorsque vous voulez vous exprimer, être reconnu dans votre art, que vous n’avez pas accès à la visibilité que représente une galerie, c’est la rue qui devient votre galerie! Comme Keith Haring ou Jean Michel Basquiat avant lui, Kongo a accédé à la case galerie par les chemins de traverse de la vie. Son art a beaucoup évolué avec les années, continue Danielle Paquin Jansem, il a gagné en maturité.

Malgré ce succès indéniable, la presse ne ménage pas Tamara. Premier tacle : les médias la cataloguent rapidement de fille à papa , lui reprochant de compter un peu trop sur la fortune de son père. Il m’a prêté 170 000 euros pour me lancer, se justifie t elle.

Elle a entrepris une longue thérapie, qu’elle a arrêté un temps, puis reprise récemment. Farida ne se laisse pas couler, elle a bien trop peur de se laisser entraîner vers une pente funeste, d le même chemin que son père, pour ainsi dire. C’est d’ailleurs par instinct de survie qu’elle choisit de fuir son passé pour mieux construire son avenir.

Il est évident que si vous voulez être armé face à un ennemi potentiel, quelques rudiments de self défense seront toujours les bienvenus. On révise donc les bases comme le grand écart facial qui fout bien la pétoche de JCVD (Jean Claude Van Damme, notre maître à tous pour les néophytes et les incultes !) , on sculpte ses tablettes de chocolat et on hésite pas à les mettre dehors pour intimider l’ennemi. On se met au kickboxing ou à la boxe thaï et on en prend plein la tronche quitte à aller bosser avec des lunettes de soleil en plein mois de novembre.

Il est vrai qu marches du palais, les belles de nos plus lointaines ballades, ont toujours été si bien chaussées que la mémoire collective en garde à jamais le souvenir. Finies la crise financière et l devant la grippe venue des auges à cochon. Rien de tel que la réminiscence de ces comptines innocentes ou de ces contes à dormir debout qui permettent aux souillons l de porter des atours de princesse et aux plus réalistes des femmes au foyer de grimper les marches avec Carla.

Musicalement, son répertoire est encore léger. Elle l’avoue, elle n’a pas vraiment de style bien défini : J’en saurai un peu plus quand l’album sera prêt. Parmi ses références, elle cite Céline Dion ou Christina Aguilera. Au carreau du Temple, l’Italien a présenté des tenues assez classiques mais flottantes de tulle, vaporeuses, des ensembles blancs ou crème faits de dizaines de volants. C’est dans les passages les plus clairs que Valli épate. Sur des petites robes courtes, éclatent des touches de couleurs très vives.

Laisser un commentaire