10/03/2018

Louboutin Femme Collection 2016

La rénovation du Bus Palladium ? C’est elle. Celle de l’Alcazar, du Regine’s Club, de Thiou, de la Maison de l’Alsace ? Encore elle. La déco de Noto, le nouveau restaurant de la Salle Pleyel ouvert au printemps dernier ? C’est toujours elle Tout récemment, on lui doit aussi le relooking de la Brasserie d’Auteuil et du Relais Christine, à Saint Germain des Près..

Une boule disco, une paire de Louboutin, et quelques gris gris. Voilà ce qu’a pu trouver l’équipe du Garage Mu lorsqu’elle a pour la première fois exploré l’ancienne gare à charbon qu’elle occupera temporairement, après avoir remporté un appel à projet de la SNCF. Trônant sur un terrain vague attenant au périphérique porte d’Aubervilliers, le bâtiment arbore une authentique morgue post industrielle, très seyante par les temps qui courent.

Dans le même temps, faciliter l’accession des entreprises au langage et à la petite musique des sphères créatives pour booster leur propre dynamisme interne. Telles sont les missions que Stéphanie Moran se fait fort de concrétiser. Je suis d’un naturel plutôt optimiste, dit elle.

Il est surement très déçu, et s’en veut peut être d’avoir été si naïf de s’etre laissé manipulé de la sorte. Il faut qu’il sache ces manipulateurs sans scrupules sont très habiles, et savent comment attirer les victimes, qu’ils soient hommes ou femmes. Personne n’est à l’abri, et ceux qui les jugent ne savent pas ce que les victimes peuvent endurer, de souffrances, de déception, de frustration quand ça s’arrête..

Beaucoup plus jeunes et décontractées, les robes de sa ligne Victoria paraissent destinées à sa petite Harper (dans quelques années). Victoria accueille justement les journalistes, sa fille dans les bras, et explique une fois de plus, lors de rendez vous particuliers : Victoria permet de proposer des prix moins élevés, d’atteindre d’autres clientes, mais sans compromis sur la qualité ou les imprimés, tous réalisés en interne. La scène est touchante..

C’est à l’occasion de la sortie du dernier opus de la saga, « Les Derniers Jedi », que cette collection voit le jour. Et pour cette collaboration unique, Christian Louboutin a imaginé quatre paires de talons inspirés des principaux rôles féminins du film : Rey, l’amiral Holob, la capitaine Phasma et Rose Tico. Couleurs métallisées, diamants, cuir.

Chaque maison compte désormais deux, voire trois vendeuses chinoises, prêtes à servir cette clientèle en or. Lors de la dernière Fashion Week parisienne, leur présence était flagrante : des front rows au podium, partout de jolies Chinoises souriaient aux photographes. Même si les enseignes refusent souvent de s’exprimer sur le sujet, il leur est désormais impensable de négliger ces fashionistas.

Laisser un commentaire