10/03/2018

Louboutin Lookbook 2015

Quoi j’ai l’air cloche ? Pas du tout c’est mon chapeau qui est cloche, encore que c’est vrai je puis l’être souvent parfois. Je l’adore ce chapeau de pluie, je l’ai acheté il y a quelques années dans une boutique du 6ème, 39 rue Saint Placide, c’est la marque Papa pique et maman coud , qui est tout simplement fabuleuse et pas seulement si tu as moins de 10 ans. Ce n’est quand même pas souvent qu’on rencontre une catégorie colifichets , j’adore je vous dis.

Un peu de mascara et basta. Enfin, haro sur les lèvres Spontex. Le truc des pros pour adoucir, repulper et éliminer les peaux mortes : une bonne couche d’homéoplasmine ou de pommade au calendula. Endsige kber sko i fart : Hvis du vil have nogle sko i en fart, huske onlinebutikker er ikke et passende sted. Du kan bare taget for en tur for alle disse hasteleverancer , da du ndt til at betale en ekstra mngde og alligevel nr du fr ting p huset, de ofte ikke p de datoer , som du nskede . Derfor ved slutningen af den dag, du er bare holdt for nar .

Christian Louboutin a redessiné la mythique pantoufle de verre de Cendrillon. Ce dernier a dessiné une version moderne de la célèbre pantoufle de verre. Composée de dentelle et ornée de cristaux, la chaussure reste fidèle à l du dessin animé. Il n’était pas au courant. Il a regardé la semelle rouge et a semblé reconnaître le problème. Il m’a dit : Mais cette semelle doit être déposée.

Bachar el Assad, lui aussi aime le e shopping. Un e mail révèle certaines des passions du dictateur. Il aurait récemment commandé le dernier opus de la série du jeune sorcier, Harry Potter et les Reliques de la mort. Etre à Cannes? C’est une première pour moi, et j’ai l’impression de vivre un conte de fées, ce Festival est le plus glamour d’entre tous. Etre un sex symbol? Vous savez, je ne le suis qu’aux yeux de certains et le rôle de Joan, sa personnalité, y ont beaucoup contribué. J’apprécie, en tout cas, de me voir proposer des personnages très différents.

En me demandant comment j’avais pu réussir l’exploit de ne pas libérer une heure pour rendre visite à mon propre père, j’ai réalisé que depuis deux ans que vous me faites sauter sur vos genoux en me faisant miroiter monts et merveilles, j’ai consacré toute mon énergie, tout mon temps, toutes mes pensées à tenter de vous impressionner. Idiot, n’est ce pas ? J’admirais votre sang froid, votre capacité à rebondir lorsque le filet se resserrait, votre aisance à balayer d’un sourire ironique le soupçon d’un client trop tatillon, votre gentillesse lorsque vous appeliez votre femme pour lui dire que vous seriez retenu tard au bureau. Je guettais votre approbation, j’étais prête à mourir sur les barricades si cela avait pu vous faire apprécier mon dévouement.

Laisser un commentaire