10/03/2018

Louboutin Winter 2016

Elle prend sa chaussure et s’avance vers elle.  » Voilà votre soulier cendrillon.  » Elle rigole et lui tend la chaussure puis son sac. Muse sexuelle des sixties devenue icône du rock, Marianne Faithfull n’a cessé d’expérimenter le poids du corps, son omniprésence. Belle au bras de Mick Jagger, de Keith Richards, de Brian Jones et d’Anita Pallenberg, elle fut déchue par la drogue, squelettique, anorexique, presque morte. Elle fut aussi atteinte par la maladie, dont la dernière, en 2006, a été un cancer du sein, guéri.

C’était à la suite de cet évènement que le vétéran avait souhaité participer à ce groupe de parole. Avant cela, il n’avait jamais voulu y prendre part, pensant pouvoir gérer tout seul son retour à la vie civile. Mais ce n’était pas aussi facile, une infirmité et le douloureux souvenir de la perte d’amis pendant leur devoir, ajoutant à sa difficulté de redevenir un citoyen lambda..

En attendant, son ordinateur ne fait aucun bruit et consomme des clopinettes, seize fois moins qu’un classique ordinateur de bureau (entre 17 et 24 watts), soit un budget de 15 euros annuels environ. Kubb peut même fonctionner sur batterie avec une autonomie d’une trentaine de minutes. Et l’appareil est évolutif.Dans les prochaines années, il suffira d’en remplacer l’embase pour profiter d’innovations et de mises à jour majeures, annonce Jean Christophe Agobert..

Elle a entre 25 et 35 ans, est généralement la fille d’un industriel, et dissimule dans son portefeuille siglé une carte de crédit à budget illimité. Christa Zhang fait partie de ces nouvelles serial shoppeuses exigeantes et frivoles. Chaque année, cette étudiante en droit de 28 ans, qui vit entre la Chine et l’Allemagne, s’offre trois virées à Paris..

Sachant que la bombe est assez manuelle, grande tricoteuse (là, on se pince carrément), mais pas manchote côté décoration non plus, capable de repeindre les murs. Sors de ce corps, Valérie Damidot! Bref, l’espace d’un instant, la déception nous frôle de ses ailes coupantes: Christina Hendricks a la charge sexuelle d’une Rita Hayworth ou d’une Liz Taylor mais au fond remplit les exigences d’asepsie du nouvel Hollywood. Pffffff..

Les vacances approchent à grand pas, de même que mes examens scolaires. Mais comme on dit « après l’effort, le réconfort ». J’ai commencé à faire ma liste de souhaits. Cette hypothèse, on ne l’a pas soumise à Christina Hendricks, et pour cause: à l’heure de la rencontre, elle était toujours une red headed woman. C’était à Cannes, l’an dernier, pour LostRiver de Ryan Gosling où elle interprète une mère courage touchante plus qu’excitante malgré ses contours affriolants. Alors qu’en chair et en os, autant le dire tout net, elle est passablement renversante.

Laisser un commentaire