10/03/2018

Zapatos Louboutin 2015

Je me déplace beaucoup et je ne peux pas m’empêcher d’acheter. Pas des vêtements je ne suis pas du tout un adepte du shopping , mais des objets, beaucoup de pièces artisanales. Des choses volumineuses comme de toutes petites. Christian Louboutin. Un projet architectural peut être immense comme petit, l’échelle n’a pas d’importance si le dessin de base est bien fait. Je voulais travailler avec quelqu’un qui ait ce sens des proportions.

Conditionnée, reconditionnée. T’es un produit de la société, juste un produit. T’es pas née comme ça, tes parents n’avaient pas de grosse fortune ni ne possédaient de terrain. Maladroite; parce que même si ça part d’une bonne intention ou pas lorsqu’elle se mêle de la vie des gens, ça finis pas forcément bien. Médisante; langue de bois, langue de pute et langue de vipère, toutes ses casquette lui va même si elle n’est pas tous les jours comme ça, elle a ses jours avec et ses jours sans. Sensible; en vrai, elle peut facilement pleurer pour un oui ou pour un non, à savoir qu’elle pleure toujours à la fin de Titanic en insultant Rose, quand Mufasa meurt dans le Roi Lion et quand Super Nanny fait vider leur sac aux parents.

Née à Los Angeles, fille unique d’un journaliste américain et d’une mannequin anglaise (qui divorcent quand elle a 10 ans), elle raconte sans fard : Dans ma famille, il n’y avait pas spécialement d’argent, mon père était même au chômage la plupart du temps. Je n’ai pas grandi avec l’idée de concurrencer les autres. Mais mes parents m’ont toujours appris à croire en mes rêves.

Loin de là. La grande majorité des policiers et gendarmes font leur travail correctement. Il ne faut pas l. « J’ai d’ailleurs voulu éviter au maximum de présenter côte à côte une malle et un mannequin. Le vêtement s’ouvre comme un papillon, avec un souvenir du mouvement. Il a fallu apprendre à plier les éléments pour ensuite les faire sortir.

Tout ceci prouve que les couleurs entrent dans le code identitaire d’une marque. Les avocats de PPR sont allés chercher une peinture ancienne, où LouisXIV aurait des semelles rouges et qui serait à la source de mon inspiration, ce qui est totalement faux. Je ne dis pas que le rouge en général m’appartient, je répète qu’il s’agit d’un rouge précis, sur un endroit précis.

L’introduction du récit semble vouloir jouer sur le concept des races blanches et noires en intervertissant les codes convenus. Un blanc qui rate face à un black qui réussit , les deux associés dans un combat contre le mal. Nous sommes en plein milieu des années 80 et voilà sans doute les idées fracassantes qui ont fait s’émouvoir les publics du monde entier à l’époque.

Laisser un commentaire